La prière de Tarawih est-elle une innovation interdite ?

La prière de Tarawih est-elle une innovation interdite ?

1

Le monde de l'Islam conçoit que cette prière de Tarawih n'est pas une innovation interdite au sens religieux, mais une innovation au sens linguistique. Les savants contemporains, entre autres, ont essayé de montrer que cette prière est bien valable, qu'elle possède des mérites et qu'il n'y a rien à redire. Ainsi, les musulmans et musulmanes effectuent cette prière sans remettre en doute leur pratique, étant donné qu'ils en sont ignorants.

ACCUEIL
/
ARTICLES TARAWIH
/
La prière de Tarawih est-elle une innovation interdite ?
Partager Partager Partager
Homme priant durant le mois du ramadan au coucher du soleil, avant la prière de tarawih

Homme priant durant le mois du ramadan au coucher du soleil, avant la prière de tarawih

Ecrit par

Mis à jour le Thu 20 Oct 2022 à 10:30

1. Un peu d'histoire sur cette prière

Avant d'aborder théologiquement cette question, revenons sur les faits historiques qui ont composé l'institution de la prière de Tarawih, à travers les textes de sources issus du Sahih de l'Imam Boukhari et de l'Imam Mouslim : 


D’après Zaid ben Thabit : « Pendant le Ramadan, le prophète se fit une cellule. Je crois bien, dit Bosr, rapportant ce hadith, que Zaid ajouta, avec une natte. Il fit la prière pendant quelques nuits. Un certain nombre de compagnons du prophète ayant suivi sa prière, celui-ci, dès qu’il s’en aperçut resta assis (et cessa de se montrer). Puis il alla vers ses compagnons et leur dit : Je connaissais bien les sentiments que votre conduite m’a manifestés. Dorénavant, ô fidèles, priez dans vos demeures, car la meilleure prière pour un homme est celle qu’il fait chez lui, à moins qu’il ne s’agisse de la prière canonique ». 1

Zaid ben Thabit – qu'Allah l'agrée – dit : « L'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – plaça une natte qui le séparait des gens. Comme il y faisait des prières, quelques hommes cherchèrent à l'imiter et se mirent à le suivre dans ces prières. Une nuit, ils se regroupèrent, mais l'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – ne sortit pas les voir. Ils élevèrent la voix et frappèrent la porte avec quelques cailloux. L'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – sortit les voir en colère et leur dit : Votre insistance (à faire ces prières) me pousse à croire qu'elles deviendraient obligatoires. Priez donc dans vos maisons ! Car la meilleure des prières est celle que l’on fait chez soi, sauf pour ce qui est des prières obligatoires ». 2

Aicha dit: « L'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – faisait des prières durant la nuit, dans sa chambre qui avait un mur peu élevé. En voyant la silhouette du Prophète – qu'Allah prie sur lui et le salue – les gens commencèrent à suivre sa prière et le lendemain matin, on se mit à parler de la chose. La deuxième nuit, il fit des prières et quelques gens vinrent prier derrière lui et cela se répéta deux ou trois nuits. Après cela, l'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – resta chez lui et ne sortit pas. Puis le lendemain matin, les gens évoquèrent la chose et le Prophète dit: J'ai craint que la prière nocturne soit considérée comme étant obligatoire ». 3

« Quand le Prophète mourut, les choses étaient ainsi et elles continuèrent de la même manière sous le Califat d’Abou Bakr et ce jusqu’au début du Califat d’Omar ». 4

« Quand le Prophète mourut les choses étaient dans le même état ». 5

« Abderrahmane ibn Abdelqâri a dit : « Une nuit, pendant le Ramadan, j’allais avec Omar ibn el Khattab à la mosquée. Les fidèles étaient en groupes dispersés. Ici, un homme faisait sa prière pour son propre compte. Ailleurs, un homme dirigeait la prière de son groupe. Omar dit alors : Il me semble que si je réunissais tous ces gens-là sous la direction d’un seul lecteur, cela serait plus convenable. Alors, mettant son dessein à exécution, il les rassembla sous la direction d’Obayy ibn Ka’b ». 6

« Une autre nuit, je sortis également avec Omar. Les fidèles priaient sous la direction de leur lecteur : « Quelle excellente innovation, s’écria Omar ». 7

« Et c’est lui (Omar) le premier à avoir rassemblé les gens (musulmans) sous la direction d’un seul imam pour accomplir la prière dite de Tarawih durant le mois du Ramadan ». « Il adressa des lettres à toutes les villes des possessions musulmanes pour leur ordonner d’agir ainsi ». 8


Nous précisons que les textes ci-dessus se retrouvent à de multiples reprises dans les deux livres authentiques de hadiths, dans d'autres sources de hadiths (Tirmidhi, Nasai, Abi Dawoud, etc) et dans d'autres sources historiques (Tabari, Baladhuri). Pour les retrouver, vous pouvez télécharger notre livre gratuit ici.

Dans ces textes, nous constatons que le prophète a prié uniquement seul, une prière qu'il a toujours effectué, pendant et en dehors du mois du Ramadan. Dans ces faits narrés, le prophète prie seul, s'étant fait une natte dans un coin de la mosquée. D'autres récits narrent qu'il était seul chez lui, dans sa chambre et d'autres récits narrent que c'est Aicha qui lui avait préparé sa natte dans un coin de la mosquée. Durant quelques nuit, il prie seul la nuit. Puis, apercevant le prophète prier, des compagnons se mirent à le suivre dans sa prière, et à l'imiter (sa prière).

Dans tous ces hadiths, on retrouve l'acte des compagnons qui est uniquement de leur propre initiative, et non de celle du prophète, que de venir prier derrière lui. Cette initiative mène les compagnons à répéter la chose plusieurs nuits de suite. Ils s'avèrent que :


« Un certain nombre de compagnons du prophète ayant suivi sa prière, celui-ci, dès qu’il s’en aperçut resta assis ».


Important à souligner, nous remarquons la preuve évidente que le prophète n'était pas au courant de l'initiative des compagnons (à savoir de prier derrière lui). D'autant plus que le Prophète resta assis. Au point où le prophète resta chez lui, après s'en être aperçu :


« resta chez lui et ne sortit pas ».


Cela revient à dire que le fait de prier derrière le prophète n'est point du ressort, ni d'un appel quelconque à venir prier derrière lui, mais bien d'une volonté, d'une tentative volontaire de la part des compagnons, que de venir prier derrière le prophète.


[...] Une nuit, il se regroupèrent, mais l'Envoyé d'Allah - qu'Allah prie sur lui et le salue - ne sortit pas les voir.


Or, la nuit où le Prophète Muhammad ne sortit pas, les compagnons élevèrent la voix et jetèrent quelques cailloux sur la porte du Prophète. Ce qui donna la conséquence suivante :


Ils élevèrent la voix et frappèrent la porte avec quelques cailloux. L'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – sortit les voir en colère


Une conséquence grave puisqu'en réussissant à faire sortir le Prophète, ils réussirent à mettre le Prophète en colère. Un élément à soulever dans cette histoire, mais non évoqué dans le monde d'internet, et qu'à en croire que la prière de Tarawih fut pratiquer et instituer par le Prophète, cela nous semble tout à fait obscure qu'un Prophète l'ayant ainsi joyeusement institué par le biais des compagnons, ce soit mis en colère contre eux, contre leur propre demande et insistance de venir prier avec eux en tant qu'imam !


et leur dit : Votre insistance (à faire ces prières) me pousse à croire qu'elles deviendraient obligatoires. Priez donc dans vos maisons ! Car la meilleure des prières est celle que l’on fait chez soi, sauf pour ce qui est des prières obligatoires ».


Le Graal se trouve ici, dans cette phrase si anodine, mais pourtant historiquement et absolument lu et approuvée par tous les savants de la planète terre. On constate avec effroi que le Prophète affirme à la fois lui-même que l'initiative provient bien des compagnons, que leur insistance au point d'élever la voix pour le faire venir, leur insistance au point de jeter des cailloux sur la porte de sa maison pour le faire venir, éprouve le Prophète Muhammad à juger l'acte des compagnons comme obligatoire, ce qui par analogie, n'avait point du tout juger comme obligatoire cet acte. Preuve en est :


Il leur ordonne de prier dans leur maison ! Et leur donne la raison valable à cette mise en demeure !


« Quand le Prophète mourut, les choses étaient ainsi et elles continuèrent de la même manière sous le Califat d’Abou Bakr et ce jusqu’au début du Califat d’Omar »


À la mort du Prophète, la parole du Prophète fut appliquée et comprise par les compagnons. Ils prièrent chez eux. Or, ils s'arrêtèrent de suivre l'ordre du Prophète, non pas dans le premier califat, mais dans le second califat, à savoir celui de 'Omar ibn al-Khattab (qu'Allah l'agrée). En effet :


« Abderrahmane ibn Abdelqâri a dit : « Une nuit, pendant le Ramadan, j’allais avec Omar ibn el Khattab à la mosquée. Les fidèles étaient en groupes dispersés. Ici, un homme faisait sa prière pour son propre compte. Ailleurs, un homme dirigeait la prière de son groupe. Omar dit alors : Il me semble que si je réunissais tous ces gens-là sous la direction d’un seul lecteur, cela serait plus convenable. Alors, mettant son dessein à exécution, il les rassembla sous la direction d’Obayy ibn Ka’b ».

« Une autre nuit, je sortis également avec Omar. Les fidèles priaient sous la direction de leur lecteur : « Quelle excellente innovation, s’écria Omar ».

« Et c’est lui (Omar) le premier à avoir rassemblé les gens (musulmans) sous la direction d’un seul imam pour accomplir la prière dite de Tarawih durant le mois du Ramadan ». « Il adressa des lettres à toutes les villes des possessions musulmanes pour leur ordonner d’agir ainsi ».


Les textes nous apprennent donc, que 'Omar a bien innovée cette prière. Une prière de rassemblement en groupe dans la mosquée, qui serait d'ordre non-obligatoire, mais qui va à l'encontre de l'ordre du Prophète que de prier chez soi, sans rassemblement.


2. Une innovation uniquement linguistique, ou une innovation religieuse interdite en Islam ?

OUI, la prière de tarawih est une innovation interdite. Et nous en voulons pour preuve, les textes de sources qui évoquent la situation que les compagnons ont vécu à l'époque du vivant du Prophète et la situation de l'époque après la mort du Prophète :


  • Le Prophète ordonne aux gens de prier chez eux
  • Omar rassemble les gens à la mosquée

Nous savons que le fait de désobéir au Prophète Muhammad, et tout ce qui entre en contradiction avec ce qui est de l'ordonnance du Prophète, est un mal. Et tout ce qui n'a point été pratiqué par le Prophète Muhammad, et qui vient contredire un acte ou une parole du Prophète, en ce qui se ressort de l'Ordonnance de l'Islam, est une innovation blâmable, interdite, stricto consenso.


  1. Le Prophète n'a point prié avec ses compagnons
  2. Le Prophète a prié seul pendant et en dehors du mois du ramadan, durant les nuits
  3. Le Prophète est mort en laissant cet ordre univoque
  4. Le Prophète a interdit au gens de se rassembler derrière un imam, pour des prières surérogatoires en dehors de celles connues (la prière de doha, la prière de la pluie, etc), et en dehors de ce qui est des prières obligatoires

  1. Sahih de Boukhari
  2. Sahih de Boukhari
  3. Sahih de Boukhari
  4. Sahih de Boukhari
  5. Sahih de Boukhari
  6. Sahih de Boukhari
  7. Sahih de Boukhari
  8. Les Chroniques de Tabari. Dar Al-Kotob Al-ilmiyyah, DKi, Pages 569-570, Pages 77-78.

La prière de Tarawih est-elle une innovation interdite ? écrit par Maamar Metmati
La prière de Tarawih est-elle une innovation interdite ?

Mis à jour le 20/10/2022 à 10:30
Le monde de l'Islam conç [...]

LIRE

Ramadan 2023 : Quelques conseils pour que ça compte écrit par Maamar Metmati
Ramadan 2023 : Quelques conseils pour que ça compte

Mis à jour le 01/02/2023 à 15:34
Ramadan 2023 arrive bie [...]

LIRE

Ramadan 2024 béni : les rituels de ce mois illuminant écrit par Maamar Metmati
Ramadan 2024 béni : les rituels de ce mois illuminant

Mis à jour le 21/11/2023 à 14:57
Le Ramadan 2024

LIRE