Tarawih, un dialogue exclusif et enrichissant

Tarawih, un dialogue exclusif et enrichissant

14

Dans un entretien exclusif et provocateur, un imam respecté remet en question la pratique largement acceptée des prières de Tarawih en groupe pendant le Ramadan. S'appuyant sur les enseignements authentiques de Sahih de Boukhari et Muslim, Maamar Metmati soutient que cette pratique est une innovation (Bid'ah) qui s'écarte de la Sunnah du Prophète (paix et bénédictions sur lui).

ACCUEIL
/
ARTICLES TARAWIH
/
Tarawih, un dialogue exclusif et enrichissant
Partager Partager Partager
Musulman interviewé par un journaliste sur le Tarawih

Musulman interviewé par un journaliste sur le Tarawih

Ecrit par

Mis à jour le Fri 05 Jan 2024 à 14:26

Le Tarawih en débat

Alors que cette position provoque des réactions diverses au sein de la communauté musulmane, Maamar Metmati appelle à une réflexion profonde sur les intentions, les traditions et les véritables enseignements de l'Islam. Cet article détaille le dialogue entre l'imam et notre journaliste, explorant les origines, les implications et les réactions à cette perspective controversée.

Nous sommes réunis aujourd'hui avec un imam respecté pour discuter d'un sujet qui suscite débat et réflexion : la prière de Tarawih. Maamar Metmati, vous avez une position assez tranchée sur ce sujet. Pourriez-vous nous en dire plus ?

Les Tarawih sont souvent perçues comme une partie intégrante du Ramadan. Cependant, à la lumière des hadiths authentiques de Sahih de Boukhari et Muslim, je crois qu'il est crucial de revoir cette pratique. Certainement. Mon intention n'est pas de créer la discorde, mais de susciter une réflexion basée sur les enseignements authentiques de notre Prophète (paix et bénédictions sur lui). Les textes de Sahih de Boukhari et Muslim montrent que le Prophète priait seul pendant les nuits du Ramadan. Voici les hadiths suivants, je cite :

D’après Zaid ben Thabit : « Pendant le Ramadan, le Prophète se fit une cellule. Je crois bien, dit Bosr, rapportant ce hadith, que Zaid ajouta, avec une natte. Il fit la prière pendant quelques nuits. Un certain nombre de compagnons du Prophète ayant suivi sa prière, celui-ci, dès qu’il s’en aperçut, resta assis (et cessa de se montrer). Puis il alla vers ses compagnons et leur dit : Je connaissais bien les sentiments que votre conduite m’a manifesté. Dorénavant, ô fidèles, priez dans vos demeures, car la meilleure prière pour un homme est celle qu’il fait chez lui, à moins qu’il ne s’agisse de la prière canonique ».

Zaid ben Thabit – qu'Allah l'agrée – dit : « L'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – plaça une natte qui le séparait des gens. Comme il y faisait des prières, quelques hommes cherchèrent à l'imiter et se mirent à le suivre dans ces prières. Une nuit, ils se regroupèrent, mais l'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – ne sortit pas les voir. Ils élevèrent la voix et frappèrent la porte avec quelques cailloux. L'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – sortit les voir en colère et leur dit : Votre insistance (à faire ces prières) me pousse à croire qu'elles deviendraient obligatoires. Priez donc dans vos maisons ! Car la meilleure des prières est celle que l’on fait chez soi, sauf pour ce qui est des prières obligatoires ».

Zaid ben Thabit rapporte ceci: « Le Prophète – qu'Allah prie sur lui et le salue – plaça (dans un coin de la mosquée) une natte qui le séparait des gens. Comme il y faisait des prières (durant quelques nuits), quelques hommes cherchèrent à l'imiter et se mirent à le suivre dans ses prières. Une nuit, ils n'entendirent pas sa voix, croyant qu'il s'était endormi. Quelques-uns eurent l'idée de faire entendre leur voix en toussant dans le but que le Prophète sorte les voir. (Le Prophète) dit : Votre insistance (à faire ces prières) me poussa à craindre qu'elles deviennent obligatoires. Si elles devenaient obligatoires, vous ne les observeriez pas. Ô gens ! Priez dans vos maisons ! Car la meilleure des prières est celle faite chez soi, sauf pour ce qui est des prières obligatoires ».

« Le Messager d’Allah صلى لله علیھ وسلم priait durant le Ramadan. Quand j’arrivai et me tins à côté de lui, un autre homme vint et se tint également debout… Si bien que nous formâmes un groupe. Lorsque le Prophète صلى لله علیھ وسلم sentit notre présence derrière lui, il écourta la prière. Il entra ensuite chez lui et accomplit une prière dont il ne fit point de semblable en notre présence. Le lendemain matin, nous lui demandâmes : Tu t’es rendu compte de notre présence la veille ? Oui, déclara-t-il. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à agir comme je l’ai fait ».

L’intérêt d’exposer l’intégralité des textes, s’impose afin de prendre connaissance sur l’intégralité des informations sur le sujet, et donc, d’en tirer une conclusion conforme à la réalité. Méthode qui s’inscrit à l’opposé précisément de ce que je dénonce.

Pourtant, la pratique des Tarawih en groupe est très répandue. Comment expliquez-vous cela ? Pouvez-vous préciser votre pensée ?

Les textes montrent que le Prophète (paix et bénédictions sur lui) priait seul pendant le Ramadan. Lorsqu'il s'est aperçu que des compagnons le suivaient, il a délibérément cessé de prier en public, craignant que cette prière ne devienne obligatoire et qu'ils ne puissent point l'accomplir, et cela au regard de la tentative des compagnons de prier avec lui. Ce dernier mettra un terme à toute tentative par l'enseignement de prier à la maison les prières surérogatoires sans retoquer cette loi. Le Tarawih remonte en réalité au califat d'Omar ibn Khattab. Il a observé des gens prier individuellement dans la mosquée et a décidé de les unir derrière un seul imam. Bien que son intention fût bonne, il est important de noter que cette pratique n'était pas établie par le Prophète lui-même. Il craignait, en effet, que cette prière ne devienne obligatoire et n'impose une charge supplémentaire aux fidèles. On lit dans le Sahih de Boukhari et de Mouslim, ce qui suit :

Ibn Chihab dit : « Jusqu’à ce qu’Omar les rassemblât derrière Obayy ibn Ka’b, qui guida leur prière durant les veillées du Ramadan. Ce fut là la première fois que les gens se rassemblèrent derrière un seul lecteur pendant le Ramadan120 ».

« Une autre nuit, je sortis également avec Omar. Les fidèles priaient sous la direction de leur lecteur : « Quelle bonne innovation, s’écria Omar ».

On lit dans le Commentaire de Sahih Boukhari par Moussa Chahin Lachine, ce qui suit :

« Omar a demandé aux musulmans d’accomplir durant le mois du Ramadan la prière nocturne en groupe à la mosquée, suite à quoi, Obay ibn Kaa’b s’exclama : comment ordonnes-tu l’accomplissement d’une innovation ! Omar lui répondit "Quelle bonne innovation" »

On comprend parfaitement que cette prière n'est aucunement le fruit du Prophète, mais bien du second calife après l'hégire, à savoir Omar ibn al-Khattab.

Donc, vous soutenez que la prière de Tarawih en groupe est une innovation ? Mais n'est-ce pas juste une adaptation aux circonstances de l'époque ?

C'est une perspective. Cependant, en tant que musulmans, notre premier point de référence devrait être la Sunnah du Prophète. Il a dit : "Priez dans vos maisons", mettant en avant l'importance de la prière individuelle. La réunion pour les Tarawih, bien que bien intentionnée, s'écarte de cette instruction. Le Prophète a clairement ordonné de prier chez soi, à l'exception des prières obligatoires. La prière de Tarawih en groupe, telle que pratiquée aujourd'hui, a été établie plus tard et n'était pas une pratique du Prophète. À mon avis, c'est une innovation (Bid'ah) qui s'écarte de sa Sunnah.

Qu'en est-il de l'aspect communautaire et de l'unification des fidèles ? Et, Comment réagissez-vous alors au fait que cette pratique soit si répandue ?

L'union de la communauté est essentielle en Islam, mais pas au détriment des enseignements prophétiques. Il existe de nombreuses façons de renforcer la communauté, notamment à travers les prières quotidiennes obligatoires, où l'assemblée est encouragée. Pour les Tarawih, le Prophète a prié seul ou avec des membres de sa famille. Si nous tenons à suivre son exemple, nous devrions baser notre pratique sur la prière individuelle. Par ailleurs, il très préoccupant que le Tarawih soit si répandu. Bien que l'intention derrière la prière de Tarawih en groupe puisse être noble, il est fondamental de revenir aux enseignements et pratiques du Prophète. La communauté doit être informée et consciente que la meilleure prière après les prières obligatoires est celle accomplie à la maison. Le fils de Omar ibn al-Khattab n'a-t-il pas dit :

Ibn Omar a dit : « Toute innovation est égarement quand bien même les gens la voient comme une bonne chose ».

7713– Abou Bakr nous a rapporté, d’après ibn Noumayr, à la suite d’Ubaydullah ibn Omar, et Nâfi’, qu’ibn Omar ne rejoignait pas les gens pour prier la nuit durant le Ramadan. Et il ajoute : Salem et al-Qasam ne le faisaient pas non plus.

7714– Waki’ nous a rapportés, d’après Safin, selon Mansour, que Mujahid a dit : un homme a demandé à ibn Omar : Devrais-je prier la nuit derrière l’imam pendant le mois de Ramadan ? Il lui dit : tu écoutes (tout) comme un âne.

Quel est votre conseil pour ceux qui sont habitués à prier les Tarawih en groupe ? Quelle est votre recommandation pour ceux qui assistent aux Tarawih ?

Je les invite à étudier les hadiths et les circonstances entourant cette pratique, par le moyen des enseignements prophétiques et à considérer la prière chez eux. Il est également essentiel de réfléchir à l'intention derrière nos actions, lorsque la vérité est devant nos yeux. Si vous choisissez de continuer à prier en groupe, faites-le avec la conscience que c'est une pratique établie plus tard, en toute connaissance de causes. Cependant, je vous encourage à expérimenter la prière individuelle chez vous, pour ressentir la paix et la connexion personnelle avec Allah que cela peut apporter. Le ramadan est une période de réflexion et de rapprochement avec Allah. Si une pratique ne correspond par aux actions du Prophète, ou vont à l'encontre de ses enseignements, nous devons être prêts à la reconsidérer, même si elle est devenue culturellement acceptée.

Comment cette position est-elle accueillie dans la communauté ?

Comme toute question impliquant la tradition et la pratique religieuse, il y a diversité d'opinions. Certains sont ouverts à cette perspective et trouvent une paix renouvelée dans leurs prières individuelles, tandis que d'autres sont attachés à la pratique communautaire. Ces derniers s'acharnent à maintenir cette pratique : pour exemple, certains comportements ou discours sont très virulents, au point de nous taxer de mécréants. Mon rôle est de présenter les informations, et c'est à chaque individu de réfléchir et de décider de son parcours spirituel. C'est à chacun, en toute conscience, après connaissance de causes, de lectures, que le musulman prendra la décision d'arrêter de pratiquer le Tarawih ou pas.

Merci, Maamar Metmati, pour ce partage éclairant. Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Le Ramadan est une période bénie pour se rapprocher d'Allah. Concentrez-vous sur ce qui est clairement établi dans les textes de sources et dans le Coran, et sur votre connexion personnelle avec Allah. Si nous visons à suivre le Prophète dans chaque aspect de notre vie, nous devons être prêts à examiner et, si nécessaire, à abandonner les pratiques qui ne correspondent pas à sa Sunnah. Et C'est un plaisir que nos discussions et nos recherches nous rapprochent toujours de la vérité et de la compréhension.

Le Prophète faisait-il Tarawih ? écrit par Maamar Metmati
Le Prophète faisait-il Tarawih ?

Mis à jour le 07/12/2023 à 12:22
Discussion sur la question de [...]

LIRE

Le Tarawih est une innovation ? écrit par Maamar Metmati
Le Tarawih est une innovation ?

Mis à jour le 02/01/2024 à 14:07
Dans le vaste et complexe doma [...]

LIRE

Tarawih, un dialogue exclusif et enrichissant écrit par Maamar Metmati
Tarawih, un dialogue exclusif et enrichissant

Mis à jour le 05/01/2024 à 14:26
Dans un entretien exclusif et [...]

LIRE