Tarawih : son histoire selon les sources authentiques

Tarawih : son histoire selon les sources authentiques

11

Le Tarawih, une pratique profondément enracinée dans l'Islam, est une prière nocturne spécifique au mois du Ramadan. Cet article explore l'histoire et l'évolution du Tarawih, en s'appuyant sur des sources authentiques et historiques. Le Tarawih a une histoire riche et complexe dans l'Islam. Pour mieux comprendre son évolution, nous allons analyser les sources clés.

ACCUEIL
/
ARTICLES TARAWIH
/
Tarawih : son histoire selon les sources authentiques
Partager Partager Partager
des hommes prient le tarawih

des hommes prient le tarawih

Ecrit par

Mis à jour le Fri 15 Dec 2023 à 19:35

Première source : Promesse Prophétique ?

"Quiconque prie la nuit du Ramadan en croyant et espérant la récompense d'Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés."

Intervenant

Le Prophète Muhammad a jeté les bases du Tarawih. La première source mentionne sa promesse de rédemption pour ceux qui prient avec foi pendant le Ramadan: "Quiconque prie la nuit du Ramadan en croyant et espérant la récompense d'Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés." Cette promesse souligne l'importance spirituelle de la prière nocturne pendant le Ramadan.

Guide

Pourtant, ce hadith ne parle pas du Tarawih. Je ne comprends pas ton allégation.

Deuxième et Troisième Sources : Pratique individuelle du Prophète

D’après Zaid ben Thabit : « Pendant le Ramadan, le Prophète se fit une cellule. Je crois bien, dit Bosr, rapportant ce hadith, que Zaid ajouta, avec une natte. Il fit la prière pendant quelques nuits. Un certain nombre de compagnons du Prophète ayant suivi sa prière, celui-ci, dès qu’il s’en aperçut, resta assis (et cessa de se montrer). Puis il alla vers ses compagnons et leur dit : Je connaissais bien les sentiments que votre conduite m’a manifesté. Dorénavant, ô fidèles, priez dans vos demeures, car la meilleure prière pour un homme est celle qu’il fait chez lui, à moins qu’il ne s’agisse de la prière canonique »

Zaid ben Thabit – qu'Allah l'agrée – dit : « L'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – plaça une natte qui le séparait des gens. Comme il y faisait des prières, quelques hommes cherchèrent à l'imiter et se mirent à le suivre dans ces prières. Une nuit, ils se regroupèrent, mais l'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – ne sortit pas les voir. Ils élevèrent la voix et frappèrent la porte avec quelques cailloux. L'Envoyé d'Allah – qu'Allah prie sur lui et le salue – sortit les voir en colère et leur dit : Votre insistance (à faire ces prières) me pousse à croire qu'elles deviendraient obligatoires. Priez donc dans vos maisons ! Car la meilleure des prières est celle que l’on fait chez soi, sauf pour ce qui est des prières obligatoires ».

Intervenant

Deuxième et Troisième Sources : Décrit les pratiques initiales du Prophète Muhammad, mettant en lumière son approche individuelle et sa réticence à établir le Tarawih comme une obligation religieuse.

soucieux de ne pas imposer de fardeau supplémentaire à sa communauté, le Prophète a évité de rendre ces prières obligatoires, comme le rapportent Zaid ben Thabit et d'autres compagnons. Ce respect de la liberté individuelle dans la pratique religieuse est un aspect crucial de l'approche du Prophète.

Sa décision de prier seul après avoir observé que des compagnons le suivaient illustre son intention de garder le Tarawih facultatif, évitant de l'imposer comme une obligation. Cela reflète un aspect essentiel de sa guidance : éviter les fardeaux inutiles sur la communauté.

Guide

Ces sources indiquent que le Prophète Muhammad avait pour habitude de prier seul pendant le Ramadan. Lorsqu'il a réalisé que des compagnons commençaient à se rassembler pour prier derrière lui sans qu'il en ait l'intention, il a exprimé sa désapprobation. Cette réaction souligne deux points importants :

  1. Préférence pour la Prière Individuelle : Le Prophète a toujours valorisé la prière individuelle pour les prières non obligatoires, soulignant ainsi l'importance de l'intimité personnelle dans la dévotion.
  2. Crainte de Rendre le Tarawih Obligatoire : Sa colère reflète sa crainte que ces rassemblements puissent conduire à rendre le Tarawih obligatoire, ce qu'il souhaitait éviter. Cela démontre son souci de ne pas imposer de charges supplémentaires à la communauté.
  3. Ignorance des Actions des Compagnons : Le fait que le Prophète n'était pas conscient de la formation de ce rassemblement indique qu'il n'avait pas l'intention d'établir une nouvelle pratique communautaire.
  4. Emphase sur la Prière Individuelle : La réaction du Prophète démontre son désir de maintenir les prières nocturnes comme une pratique personnelle et non comme une obligation communautaire.

La décision du Prophète de mettre fin au rassemblement dans la mosquée pour le Tarawih et d'encourager les prières à la maison reflète une approche pragmatique et souple des pratiques religieuses.

Quatrième et Cinquième Sources : Rôle d'Omar ibn Khattab

Ibn Chihab dit : « Jusqu’à ce qu’Omar les rassemblât derrière Obayy ibn Ka’b, qui guida leur prière durant les veillées du Ramadan. Ce fut là la première fois que les gens se rassemblèrent derrière un seul lecteur pendant le Ramadan »

dans le livre تاریخ الخلفاء ~ ابي الحسن علي بن محمد الروحي~ص ce qui suit : و اول من جمع الناس على امام واحد في قیام شھر رمضان « Le premier à avoir rassemblé les gens sous la direction d’un seul lecteur durant le mois du Ramadan est Omar ».

Intervenant

Le calife Umar ibn Khattab a joué un rôle déterminant en institutionnalisant le Tarawih en tant que prière de congrégation. Cela marque un changement significatif, passant d'une pratique individuelle à une célébration communautaire. Ces sources illustrent comment Umar a perçu la valeur de rassembler les musulmans pour renforcer la communauté et l'unité.

Sous le califat d'Umar ibn Khattab, le Tarawih a subi une transformation significative. Umar a réuni les musulmans pour effectuer ces prières en congrégation, les élevant ainsi à un niveau communautaire. Cette évolution, documentée par Ibn Chihab et d'autres, a été cruciale pour établir le Tarawih comme une pratique communautaire dans l'Islam.

Guide

Autre mauvaise interprétation dans la deuxième et troisième source, étant que le Prophète ne sachant pas que des compagnons priait derrière lui, on ne peut pas déduire que le Prophète a craint que cette prière devienne obligatoire. Eh oui, comment le prophète peut craindre que le tarawih devienne obligatoire, alors qu'il n'a pas connaissance de cette prière ? Autre question argumentaire, étant que le Prophète n'ayant pas connaissance des agissements des compagnons, comment peut-il institutionnaliser quelque chose dont lui même n'est pas conscient ? ça n'a pas de sens !

Le Tarawih, tel que pratiqué de manière communautaire, n'a pas été institué par le Prophète lui-même, mais a plutôt évolué sous le califat d'Omar ibn Khattab. Cette évolution représente un changement notable par rapport aux pratiques établies par le Prophète

Sixième Source : Dialogue Entre Omar et Obay ibn Kaab

Dans le livre Hadith al mohktar volume 3 et 4 numéro 1161 : Omar ibn Khattab a dit à Obay ibn Kaab : « Les gens jeûnent le jour et ne lisent pas correctement le Coran, si tu lisais pour eux le soir ? » Obay ibn Kaab lui répondit : « Ô prince des croyants, ceci est une chose qui n’existe pas » ! Omar lui répondit : « Je sais que cela n’existe pas, cependant c’est une bonne chose ». Ainsi, Obay ibn Kaab dirigeait l’office en Vingt génuflexions.

Guide

Cette interaction montre la prudence et la réflexion d'Omar dans l'introduction de nouvelles pratiques. Sa suggestion à Obay de diriger les prières et la réticence initiale de ce dernier indiquent que la pratique du Tarawih n'existait pas, et surtout, que Omar avait connaissance que ce qu'il faisait été bien une innovation.

Septième Source : Avertissement d'Ibn Omar sur l'innovation

Ibn Omar a dit : « Toute innovation est égarement quand bien même les gens la voient comme une bonne chose ».

Guide

Ibn Omar met en garde contre l'adoption aveugle de nouvelles pratiques, même si elles semblent bénéfiques. Cette perspective souligne un débat essentiel dans l'Islam sur l'innovation religieuse, entre respecter les enseignements traditionnels et adapter la pratique à des contextes changeants.

Huitième Source : Instituationnalisation et Expansion sous Omar ibn Khattab

Livre Les chroniques de Tabari : « Et c’est lui (Omar) le premier à avoir rassemblé les gens (musulmans) sous la direction d’un seul imam pour accomplir la prière dite de Tarawih durant le mois du Ramadan » « Il adressa des lettres à toutes les villes des possessions musulmanes pour leur ordonner d’agir ainsi ».

Intervenant

Huitième Source : Explique comment la pratique s'est étendue au-delà de Médine sous le califat d'Omar, marquant le début de son uniformisation à travers le monde islamique.

La Huitième source, issue des chroniques de Tabari, décrit comment Omar a étendu la pratique du Tarawih à travers l'empire islamique. Sa décision d'unifier la pratique sous un seul imam a été un moment crucial dans l'histoire du Tarawih, soulignant son rôle en tant que pratique unificatrice dans le monde musulman.

Guide

Le Tarawih, tel que pratiqué de manière communautaire, n'a pas été institué par le Prophète lui-même, mais a plutôt été institutionnalisé et évolué sous le califat d'Omar ibn Khattab. Cette évolution représente un changement notable par rapport aux pratiques établies par le Prophète.

Le Prophète faisait-il Tarawih ? écrit par Maamar Metmati
Le Prophète faisait-il Tarawih ?

Mis à jour le 07/12/2023 à 12:22
Discussion sur la question de [...]

LIRE

Tarawih : Les deux coups de ciseaux fatals écrit par Maamar Metmati
Tarawih : Les deux coups de ciseaux fatals

Mis à jour le 14/02/2023 à 12:03
Tarawih, une prière inventée [...]

LIRE

La prière de Tarawih est-elle une innovation interdite ? écrit par Maamar Metmati
La prière de Tarawih est-elle une innovation interdite ?

Mis à jour le 20/10/2022 à 10:30
Le monde de l'Islam conç [...]

LIRE